05/07/2004

Bienvenue dans un monde meilleur

Imaginons un petit monde, quelquepart sur une île déserte. La moitié de l'île est habités par les kékés qui ont accès à de la nourriture à profusion. Sur l'autre moitiée vivent les kokos, hèlas cette partie de l'île est plutôt pauvre en vivres, mais recèle de beaucoup de ressources minières qui intéressent les kékés. Evidemment, les kékés n'aiment pas donner aux kokos, et gardent bien leur territoire afin d'éviter toute invasion de kokos.
Chaque jour, les kokos se lévent et se mettent immédiatement à la recherche de nourriture, cette activité les occupe et les épuisent toute la journée. En revanche, les kékés, qui n'ont qu'a bouger le petit doigt pour trouver à manger ont tendance à s'ennuyer, et ils cherchent donc à inventer de nouveaux jeux.
Après avoir envahis les kokos pour finalement retourner chez eux, les kékés se sont amusés un moment à faire travailler les kokos pour rien en leur échangeant leur minerai par des bouts de papier sur lesquels figurent des chiffres, que les kokos rééchangent à nouveau avec les kékés contre de la nourriture ou des objets fabriqués avec leur minerai. En effet, à force de passer leurs journées à chercher de la nourriture, les kokos n'ont jamais eu le temps de réfléchir à la multitude d'objets inutiles qu'ils pourraient fabriquer avec leur minerai.
Se lassant un peu de ce jeu, les kékés durent trouver une nouvelle occupation. Après avoir longtemps hésité entre partager leur nourriture avec les kokos, ou en consommer encore plus afin d'être sur de ne rien laisser aux kokos, ils obtérent pour la seconde solution. Ainsi, nous pouvons voir aujourd'hui chez les kékés des compétitions de goinfres, ou le but est simplement de manger le plus possible en un temps restreint.
Partiellement satisfaits, les kékés trouvérent même une variante intéressante à ce jeu, faire payer les kokos pour qu'ils aient le droit de le regarder !
Finalement, les kokos meurent toujours de faim, et doivent maintenant faire travailler leurs enfants afin d'extraire toujours plus de minerai, qu'ils pourront échanger contre ces fameux bouts de papiers verts avec des numéros dessus, afin de pouvoir les échanger à nouveau avec les kékés pour s'installer des sortes d'assiettes pointant vers le ciel permettant de regarder les kékés s'extasier devant leur nouveau jeu de goinfrerie...
Si cela vous intéresse, vous pourrez trouver aisément un artcile sur ce sujet dans la presse des kékés.
Heureusement, tout ceci n'est qu'imaginaire, dans un monde civilisé les kékés s'activeraient plutôt à partager leur nourriture avec les kokos afin que tout le monde vive heureux dans le meilleur des mondes.
quoi que...

00:53 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.