11/07/2004

Fahrenheit 9/11

Cette semaine j'ai réussi à être parmis les chanceux (ou filmovores persévérants) qui ont réussi à faire la queue assez longtemps, mais pas trop, pour aller voir le dernier film de Michael Moore : Fahrenheit 9/11.
Contrairement à son précédent film, Bowling for Columbine, celui-ci se veut plus sur le ton de la plaisanterie, très caustique, simpliste, mais efficace. L'aspect journalistique documentaire est très souvent laissé de coté, au profit d'une mise en scène parfois proche des blockbusters hollywoodiens. Comment en effet ne pas mésestimer le président des Etats-Unis, lorsqu'après avoir filmé pendant 20 minutes une mère d'un adolescent, tristement décédé en irak lors de cette fameuse guerre, on le montre en train de jouer au golf insistant auprès des journalistes à remarquer la splendeur de son swing !
Même si certains de ces effets spectaculaires et légérement manipulateurs peuvent être discutables, les faits exposés pendant ce documentaire, ainsi que le fond du message principal sont horrifiant, comment de telles choses peuvent se produire de nos jours dans une des démocraties les plus libérales du monde.
En tant qu'européen, je ne peux qu'espèrer que nos dirigeants, chefs d'entreprise médias et citoyens soient fortement sensibilisés par ce film et empéchent que de telles abérations puissent ce produire sur le vieux continent.

18:59 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Pour une bonne nouvelle, ça c'est une bonne nouvelle !

La belgique vient de faire un grand pas avec l'adoption de la loi Tobin-Spahn il y a quelques jour, le 1er juillet.
Vous trouverez sur le site d'Attac un bref article qui résume très bien le concept de cette loi : http://wb.attac.be/article309.html

18:14 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2004

Brevets Logiciels : La Dérive ?

L'office des brevets américains (US Patent Office) à récemment changé les régles du jeu en assouplissant les conditions de soumissions de brevets logiciels.
Alors qu'en europe (du moins pour l'instant, la même tendance semblant se matérialiser au sein de l'Union Européenne) la soumissions de brevets sur les logiciels est raisonnablement stricte; n'acceptant par exemple uniquement le brevetage de nouveaux concepts pas encore publiés et pas encore en usage dans les logiciels déja distribués, le bureau des brevets américains à décidé d'assouplir leurs règles afin d'ouvir la porte à plus de brevets.
Quel en est le résultat ? La possibilité de breveté des concepts (sans l'obligation de justifier l'effort de recherche ou la production d'un prototype) déja utilisés couramment dans des logiciels commerciaux distribués. Par example, le "single click & buy" concept d'amazon à été breveté, empéchant du coup toute autre entreprise ou association d'offrir sur un site marchand la possibilité d'acheter des biens en un seul click sans accord et/ou redevances préalables. Microsoft comme la plupart des companies logiciels s'est engoufré dans la bréche, et dépose des brevets à tout va sur les composants de leur système d'exploitation Windows (le dernier en date est déja reporté sur slashdot)
La dépose de brevets est un élément normal et important dans notre système libéral, il permet de protéger l'innovation commerciale en garantissant le reversement des revenus d'une invention à l'inventeur qui l'a déposé, et en général investit dans la recherche du concept.
Cependant, le monde logiciel est très différent, d'une part par la facilité de reproduction et la rapidité de développement d'une application ainsi que le faible montant (en comparaison à des domaines comme l'électronique ou la mécanique) d'investissement en recherche (un PC, un développeur et le tour est joué !), et l'absence de coût marginal de production. De plus, la dépose de brevets sur des concepts déja utilisés en masse mets d'office dans l'illegalité des sociétés, associations, dévelopeurs libres qui les utilisaient depuis des années en toute innocence.
Le résultat est évidemment l'introduction de barrière supplémentaire d'entrée sur le marché pour les nouveaux acteurs. De nombreux concepts très intéressants, nécessaire dans chaque système d'exploitation pour le rendre facile d'utilisation, risquent dorénavant d'être protégés, bloquant du même fait la production de logiciel libres et l'entrée de nouveaux acteurs sur le marché comme des petites sociétés. Cela semble mener inévitablement vers le renforcement d'une situation d'oligopole, voir monopole dans certains secteurs, bloquant de même l'innovation, et la liberté de choix des consommateurs.
Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le monde logiciel, imaginez qu'un constructeur automobile décide aujourd'hui de breveter le concept de volant, de vitre électrique, de poignée de porte ou de levier de vitesse, sous le seul prétexte qu'il a été le premier à l'utiliser. Le plus ancien constructeur automobile (probablement Ford) détiendrait ainsi un avantage concurentiel supplémentaire et démesuré face à ses concurents délors obligés de lui reversé des royalties importante sur chaque véhicule.


20:47 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Bienvenue dans un monde meilleur

Imaginons un petit monde, quelquepart sur une île déserte. La moitié de l'île est habités par les kékés qui ont accès à de la nourriture à profusion. Sur l'autre moitiée vivent les kokos, hèlas cette partie de l'île est plutôt pauvre en vivres, mais recèle de beaucoup de ressources minières qui intéressent les kékés. Evidemment, les kékés n'aiment pas donner aux kokos, et gardent bien leur territoire afin d'éviter toute invasion de kokos.
Chaque jour, les kokos se lévent et se mettent immédiatement à la recherche de nourriture, cette activité les occupe et les épuisent toute la journée. En revanche, les kékés, qui n'ont qu'a bouger le petit doigt pour trouver à manger ont tendance à s'ennuyer, et ils cherchent donc à inventer de nouveaux jeux.
Après avoir envahis les kokos pour finalement retourner chez eux, les kékés se sont amusés un moment à faire travailler les kokos pour rien en leur échangeant leur minerai par des bouts de papier sur lesquels figurent des chiffres, que les kokos rééchangent à nouveau avec les kékés contre de la nourriture ou des objets fabriqués avec leur minerai. En effet, à force de passer leurs journées à chercher de la nourriture, les kokos n'ont jamais eu le temps de réfléchir à la multitude d'objets inutiles qu'ils pourraient fabriquer avec leur minerai.
Se lassant un peu de ce jeu, les kékés durent trouver une nouvelle occupation. Après avoir longtemps hésité entre partager leur nourriture avec les kokos, ou en consommer encore plus afin d'être sur de ne rien laisser aux kokos, ils obtérent pour la seconde solution. Ainsi, nous pouvons voir aujourd'hui chez les kékés des compétitions de goinfres, ou le but est simplement de manger le plus possible en un temps restreint.
Partiellement satisfaits, les kékés trouvérent même une variante intéressante à ce jeu, faire payer les kokos pour qu'ils aient le droit de le regarder !
Finalement, les kokos meurent toujours de faim, et doivent maintenant faire travailler leurs enfants afin d'extraire toujours plus de minerai, qu'ils pourront échanger contre ces fameux bouts de papiers verts avec des numéros dessus, afin de pouvoir les échanger à nouveau avec les kékés pour s'installer des sortes d'assiettes pointant vers le ciel permettant de regarder les kékés s'extasier devant leur nouveau jeu de goinfrerie...
Si cela vous intéresse, vous pourrez trouver aisément un artcile sur ce sujet dans la presse des kékés.
Heureusement, tout ceci n'est qu'imaginaire, dans un monde civilisé les kékés s'activeraient plutôt à partager leur nourriture avec les kokos afin que tout le monde vive heureux dans le meilleur des mondes.
quoi que...

00:53 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2004

Dépendance des médias - part 2

Le premier post de ce site il y a quelques jours traitait de la liberté de l'information face aux probléme de dépendance des médias.
Une très bonne illustration de cette idée dans cet article qui mets en évidence les dépendances et influences liées à l'agence publicis. Loin de dénoncer, diffamer ou révéler des scoops, cela mets simplement en évidence l'importance des réseaux relationels existants, et nous laisse imaginer les risques d'influence de l'information qui peuvent en découler.


23:09 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2004

Néolibéralisme, cékoidon ?

On voit, et emploie, souvent des mots savants sans toujours en connaitre le sens. Récemment, je me demandais ce qu'était exactement la notion de néolibéralisme, je crois que l'image ci-jointe résume bien :)  (cliquez dessus pour agrandir)



21:57 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |