24/11/2004

Le piratage, un acte citoyen ?

On en a tous entendu parler, le piratege de musique et de films sur Internet, fléau pour l'industrie, hobby pour les adolescents, unique raison d'acheter une connexion haut débit, banalité pour beaucoup d'entre nous ?
 
Pirater du contenu ça attaque les revenues de l'industrie du disque et des films c'est évident. Dans quelle mesure, c'est plus délicat à savoir (est-ce que vous auriez acheté tous les CD pour les chansons que vous avez téléchargé ?)
 
Mais, la musique, le cinéma comme les livres sont de l'art.
 
Est-ce normal d'avoir une industrie, donc un but de profit, pour la distribution d'un art ? Pourquoi est-ce que la musique, les livres, les films sont-ils aussi chers ? Pourquoi est-ce que les non privilégiés n'aurant pas autant d'accès à l'art que les autres ?
 
Le monde du numérique offre une distribution et un accès beaucoup moins cher à ces contenus. Ca permettrait d'offir de la musique à un prix beaucoup plus réduit, beaucoup moins que les 1 € par chanson qu'essayent de nous extorquer les sites payants. Surtout en utilisant les technologies peer-to-peer style kazaa ou autre.
 
Ce ne sera jamais gratuit, car produire et distribuer coute. Mais est-ce bien nécessaire de payer des artistes avec des salaires si faramineux ? Devraient-tils être plutôt fonctionnaires ?
La production et distribution d'art relève-t-elle du service public ?  Dans ce cas financés par des taxes, forçant donc tout le monde à y contribuer, même ceux qui ne veulent pas de musique/films/livres ?
Est-ce que ça freinerair ou accélerait la créativité ? Comment empécher qu'il n'y ait trop de profiteurs et de gens qui se prétendent artistes ? Ne serait-on triste sans pouvoir admirer les stars et leurs somptuosités, qui sont en quelque sorte les rois des républiques ?
 
Je ne sais pas, mais je souhaiterai réellement qu'un livre, un CD ou un DVD coutent beaucoup beaucoup moins cher !
 
 
 

22:58 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Moi je me pose une question, depuis longtemps ! Enregistrer des cassettes audio ou surtout des cassettes VHS à la TV, c'est quoi comme acte ?.... un emprunt ?
Je n'ai pas besoin d'internet pour copier et graver (je le fesais déjà avant ma connexion). Comment me direz-vous...Réfléchissez et vous comprendrez !
Et pour les CD que l'on ne sait plus graver ou écouter sur PC (pour ne pas les graver), sachez qu'en les enregistrant sur cassette audio et puis grâce au logiciel "Audacity" qui est gratuit, vous connectez votre chaîne hi-fi à votre Pc et transformez le tout en MP3 ou Wave et la suite vous gravez....Faut être malin dans la vie !

Écrit par : azerty | 25/11/2004

hum hum... je crois que la copie de K7 audio est illégale, les maisons de disque ont il me semble crié au loup à l'époque ou les premiers enregistreurs K7 sont sortis. Et finalement, n'ayant pas pu lutter contre ça a été accepté et toléré. Je me demande si les volumes de piratage par ce procédé étaient aussi important que les téléchargements illégaux et copies de CD d'aujourd'hui.
Pour les CDs que l'on ne sait plus écouter sur PC, si tu arrives à trouver un vieux lecteur CD sans marque d'il y a 2 ou 3 ans il y a de forte chance qu'il arrive à les lire et ripper.

Écrit par : citoyen | 25/11/2004

re-hum Marrant notre ami azerty qui suggère à Citoyen d'être malin :)

Sérieusement, il y a trop à dire sur le sujet.
Les CD sont trop chers, c'est vrai, surtout quand on compare au prix d'un DVD video. Que le partage de fichiers fasse augmenter ou diminuer les ventes, rien n'est prouvé. Certainement les deux. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte. Le poids des distributeurs. Comme dans la grande distribution alimentaire, ils ont un poids écrasant, qui leur permet de dicter leurs conditions. C'est un peu l'escroquerie du mythe du marché libre, ou la concurrence n'est qu'une situation transitoire.

J'aime bien l'idée d'un "revenu artistique". Le problème serait : comment devient on "artiste" subventionné par l'État ? Où est la frontière entre artiste amateur et artiste professionnel (qui vit de son oeuvre) ?

Un artiste à succès doit il avoir les mêmes revenus qu'un artiste confidentiel ? En clair, le marché doit-il décider, quite à marginaliser les oeuvres moins consensuelles ? C'est un peu le même problème avec la chaîne télé ARTE. Très peu d'audience, mais beaucoup de gens s'accordent pour dire qu'il faut qu'une telle chaîne existe.

Écrit par : candido | 30/11/2004

Les commentaires sont fermés.