03/01/2005

Le Libéralisme, ou lorsque les moyens devancent la fin...

Mais c'est quoi donc que cette chose appelée le Libéralisme ? :)

Comme le souligne mon camarade bloggeur Tony, c'est basé autour de 3 piliers :

-La liberté individuelle
-La propriété privée
-La responsabilité (stipule que nos actes ne doivent pas nuire à autrui...)

C'est plutôt bon-enfant comme définition, et oui ces trois choses ne représentent pas le mal absolu, c'est même plutôt bien.

Le plus intéressant me semble être la responsabilité, est-ce que des licenciements abusifs (dans le but par exemple de simplement augmenter le profit d'une société pour garder son action compétitive, répondant ainsi à la demande du marché boursier), mettant des milliers de personnes au chômage n'enfreint pas ce concept de responsabilité ?
Est-ce responsable de bouziller la planète au nom du profit ? D'affamer l'autre moitié du monde ? De vendre des armes ? De démarrer des guerres ou des conquêtes pour obtenir l'accès aux ressources ? (la bonne vieille histoire des colonies par exemple, ou les guerres du pétrôle, on se croirait vraiment dans le scénario de Dune parfois...)

Est-ce que des valeurs comme la solidarité, l'accès égal aux soins, à l'éducation, à un logement salubre ne doivent pas figurer dans une constitution au même niveau que la propriété privée par exemple ?

00:12 Écrit par citoyen | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

je suis à l'honneur...merci! juste de passage, je n'ai allumé mon portable que pour y chercher un détail avant un court départ.
Je te remercie de me citer. Ne dit-on pas qu'être contesté c'est être constaté?
Je suis vraiment à la bourre...je repasse fin de semaine et pour mes commentaires.
Bonne continuation.
Façon Terminator, je te salue d'un: "I'll be back!"
;-)

Écrit par : Tony | 03/01/2005

... Sans polémique aucune, je dirais que l'idéologie originelle, la philosophie de tout courant ne correspond plus aux idées ni aux applications de type contemporains vu la naissance de nombreux courants (s'agissant du libéralisme, aujourd'hui, il peut être cité notamment sa variant de gauche, le conservatisme à tendance chrétienne, le minarchisme, le libertarianisme, etc). Cela dit, c'est vrai, ce courant garde comme piliers majeurs la responsabilité individuelle, la liberté d'entreprendre, etc.

Là où je ne comprends pas très bien tes propos, c'est lorsque tu cites pèle-mèle la fermeture abusive des entreprises, les ventes d'armes ou encore les guerres comme des traits sombres de la philosophie.

Pour ne tenir mon argument quand dans une optique terre à terre, est-ce vraiment et de manière réaliste le fait d'un courant ou plutôt la déviance d'une humanité ? Ma foi, lorsque l'homme des cavernes cédait son feu ou le silex pour des peaux de bêtes, lorsque Athènes construisait ses cités commerciales dans la mare nostrum, lorsque la papauté vint massacrer Jérusalem pour le tombeau du Christ, lorsque l'Union soviétique manqua à ce point de blé qu'elle en importa des USA pour éviter la famine, lorsque les gouvernements de gauche européens (comme les autres!) exploitèrent les colonies, était-ce du "libéralisme" ? Je ne le pense pas, je crois qu'il faut éviter les confusions du genre, il y a l'histoire des hommes, les habitus depuis la nuit des temps comme il y aussi des travers, des défauts dans chaque courant politique.

La pensée libérale n'est pas la panacée de l'humanité comme ne l'est pas non plus le socialisme ou l'écologie, elle vit d'une optique et d'objectifs communs mais avec des méthodes différentes. En cela, le droit au logement, la solidarité humaine et j'en passe, ne sont pas un monopole du "progressisme" mais de toute l'humanité, la gestion de la société est seulement différente d'un courant à l'autre.

Écrit par : promethee | 03/01/2005

..---.. oui les idées et la pratique sont différentes, et oui rien n'est par fait,

mais je fait parti des gens qui pensent qu'il y a une dérive, que notre société fait de plus en plus d'erreurs, mais que beaucoup d'entre elles pourraient être facilement évitées.
je crois que proner plus de libéralisme, moins de contrôle, moins de guaranties accélére cette évolution.
sans demander à ce que demain le monde entier soit l'URSS-bis, concentrons d'abord nos efforts à donner rapidement une vie descente à tout le monde, même ceux qui ne savent pas pecher, une fois que ce sera fait on commencera à parlera d'argent, de liberté d'entreprendre, de baisser les taxes, ....

Écrit par : citoyen | 08/01/2005

rien à voir... mais oui le bonheur se ballade
et ca fait du bien...
red bull...
j'en ai sifflé bcp mais avec de la vodka et ça décolle pas mal...

Écrit par : marie@ | 08/01/2005

je décolle.... vodka redbull, que des bons souvenirs :)

bon je vous laisse, je retourne à l'univ là :)

Écrit par : citoyen | 08/01/2005

désolé pour le retard... En lisant avec attention, je vois que Prométhée - pote virtuel - a commenté ton article mieux que je ne l'aurais fait.
Juste une chose à signaler: si tu m'engages pour ton chantier et qu'après avoir terminé mon job chez toi, plus personne n'a besoin de mes services...qu'est-ce -qu'on fait, tu continues à me payer comme si je travaillais? Tu sais combien de fois par jour un médecin est licencié par ses patients (heureusement...) et combien de fois l'est le plombier?
D'où vient cette croyance qu'un patron doit garantir le travail?
Pourquoi ne comprenez-vous pas que la seule raison qui pousse à licencier c'est la frénésie taxatrice? Faut être con pour fermer une usine rentable ...sauf si elle serait plus rentable ailleurs. Toi, d'ailleurs, Citoyen, si tu étais salarié et qu'un autre patron te payait plus...avoue que tu changerais. LE DROIT!!! C'est le droit de chacun!
Quand admettrez-vous qu'avant de faire vos courses vous regardez les pubs afin de vous servir où mieux ça vous convient???
Citoyen! Le monde tournera plus rond quand l'intox communiste aura libéré les esprits et leur rendra leur liberté de RAISONNER. Toujours avec plaisir...
Votre serviteur, Tony

Écrit par : Tony | 15/01/2005

Oups, j'oubliais... moi, je m'en fiche, je ne bois jamais d'alcool...mais méfiez-vous du RED Bull Vodka: ça donne de terribles hémorroïdes...renseignez-vous.
Mon frère tient un débit de boissons... zont tous mal au cul les vodka-red-bullistes ... :-)

Écrit par : Tony | 15/01/2005

les taxes ? Pourquoi dis-tu que la seule raison de licencier c'est la frénésie taxatrice ?

La seule raison de licencier en masse c'est l'augmentation du profit (pour éviter la banqueroute par exemple).
Les taxes sont une charge, une contrainte économique. Mais avant tout un moyen pour financer des services publics. Diminue les taxes, les entreprises privées licencieront un peu moins, mais en contrepartie l'état devra licencier à son tour car il aura moins de revenues, et la qualité des services publics diminuera (à moins d'augmenter la dette de l'etat).

Écrit par : citoyen | 16/01/2005

Seigneur! nous ne sommes pas sur lz même longueur d'ondes...
Toi, tu ne cherches pas le profit? tu bosses juste pour le fun?
Si on te propose de gagner plus en face, tu n'y vas pas...avant d'acheter quelque chose, tu ne compares pas pour aller faire la meilleure affaire possible, hein non?
Et si tu diriges une boîte qui tourne bien, tu la fermeras juste par sadisme, pour ennuyer tes travailleurs!!! Allons, allons!
On n'est pas sur la même longeur d'ondes, c'est le moins que je puisse dire...
Bon dimanche

Écrit par : Tony | 16/01/2005

là est la différence oui, tout le monde cherche son profit personnel, il n'y a rien de mal à ça. Et oui personne ne licencie par plaisir.

la différence, c'est que si je change de job pour gagner plus, ça n'a pas d'impact sur le reste de la sociétè.

Par contre, quand je cherche la meilleure affaire, et préfére acheter un produit moins cher fabriqué dans le non respect des droits de l'homme, là j'ai de l'impact négatif. C'est l'histoire du commerce équitable...

Quand une entreprise cherche l'augmentation de son profit, et que ça implique des licenciements massifs, ça à un impact sur la société.

L'idée c'est que les dégats d'un groupement de personnes tels qu'une enterprise ont beaucoup plus d'impacts que ceux d'une personne individuelle.

Ce que nous cherchons tous, c'est de la liberté, autoriser les gens à augmenter leur profit, MAIS éviter que celui nuise à d'autres gens. C'est l'idée de bon-sens dont tu parles sur ton blog.

La question, c'est comment réaliser ça ?

-On peut compter sur le bon-sens et le bon-vouloir de chacun, mais je doute que ça réussisse, même les écolos les plus radicaux polluent car ils doivent continuer de vivre dans la société, leur alternative étant d'aller élever des chevres dans le Larzac.
-Ou on peut compter sur des contraintes (telles que lois, taxes, ...). Notre société actuelle repose beaucoup sur ce principe. Et c'est plus facile de les appliquer sur des personnes morales (enterprises) que des personnes physiques (citoyens), en grande partie pour des raisons historiques car c'est comme ça aujourd'hui.
-Une autre idée ?

Écrit par : citoyen | 16/01/2005

Les commentaires sont fermés.